Nouvelle arnaque : un mail officiel vous accusant de pédophilie

Attention arnaque !

Attention, une nouvelle arnaque par mail !

“Nous avons fait une saisie informatique pour acte de : pédophilie, perversion, proxénétisme et pornographie, sur le réseau informatique de notre service. […] Des images de vous comme preuves le confirment.”

Voici le mail que vous auriez pu recevoir ! Comme de nombreux internautes.

Les auteurs de cette arnaque n’hésitent pas à faire chanter leurs victimes. Ils leurs réclament plusieurs milliers d’euros. 

 

Attention arnaque !

Des particuliers se sont inquiétés. En effet, ils ont reçu dans leur boîte mail personnelle ou professionnelle ce type d’accusation par message personnalisé. Ce mail parait officiel. C’est le chef de la Brigade de protection des mineurs, lui-même qui signe le message ! On peut même dans certains cas, être estampillé de l’insigne de l’institution.

Les services de protection des mineurs mettent en garde :

Nous tenons à vous mettre en garde que cette plainte n’est pas à prendre à la légère. Pour le bon déroulement de cette enquête, nous vous prions de bien vouloir collaborer avec notre service juridique en charge de votre dossier, pour votre bonne image et celle de votre famille.

Vous pourriez dès la lecture du mail vous méfiez en voyant les fautes d’orthographe. Mais vous êtes bouleversé, voire paniqué !

 

Une arnaque qui peut coûter des milliers d’euros

Les arnaqueurs engagent ensuite une discussion pour expliquer que “c’est pas bien !”. Et de fil en aiguille, vous réclame de l’argent.

Après de multiples échanges, certaines personnes ont payé. Les arnaqueurs réclament jusqu’à 18 000 euros. Sous peine que les images et noms soient dévoilés sur les réseaux sociaux.

Cette dernière année, le standard de la vraie brigade des mineurs explose. Des personnes désirent se défendre. Elles sont innocentes, elles n’ont rien fait ! Elles n’ont commis aucun acte de pédophilie ou de perversion en ligne que ce soit et ne comprennent pas.

D’autres s’expliquent de leurs actes, demande pardon et souhaitent négocier. Mais la Brigade de protection des mineurs ne peut rien faire de ces témoignages. Ni engager des poursuites contre ceux qui ont effectivement commis des actes pervers. Ni poursuivre les arnaqueurs.

La brigade passe donc le dossier à leurs collègues. Selon Le Point, une enquête, confiée à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), a été ouverte en septembre 2020 par le parquet de Paris. Affaire à suivre.

 

Comment éviter les arnaques

  • Regarder l’adresse mail de l’expéditeur. Les adresses email officielles propres au ministère de l’Intérieur se terminent par gouv.fr et jamais par orange.fr ou encore gmail. 
  • Vérifiez l’orthographe. Ce type de message est souvent rempli de fautes de frappe ou fautes d’orthographe. 
  • Une enquête de police ne peut déboucher sur la divulgation de preuves. Vous feriez d’abord l’objet d’une “présomption d’innocence”. 

Si vous êtes témoin ou victime d’une arnaque mail, signalez-le sur “Pharos“. Plateforme officielle du ministère de l’Intérieur.

Affaire Benalla : l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron passe en jugement trois ans après le scandale

Affaire Benalla : l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron passe en jugement

La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, brigue la présidence française pour 2022

La maire de Paris Anne Hidalgo candidate à la présidence française