Observation en 3D de protéines neuronales incriminées dans l’autisme

Les structures tridimensionnelles d’une protéine neuronale, la neuroligine, et de son complexe avec son partenaire, la neurexine, ont été caractérisées par cristallographie aux rayons X1 par des chercheurs des laboratoires « Biochimie des interactions moléculaires et cellulaires » (CNRS/Université de la Méditerranée) et « Architecture et fonction des macromolécules biologiques » (CNRS/Université de Provence/Université de la Méditerranée)2 .

L’association neuroligine-neurexine participe à l’établissement des connexions neuronales dans le cerveau : des malfaçons de l’une ou l’autre de ces protéines seraient incriminées dans certains cas d’autisme.

Ces travaux permettent d’analyser l’effet des mutations sur l’intégrité de ces protéines ainsi que leur capacité à se reconnaître et s’associer pour former une connexion fonctionnelle.

Publiés dans le journal Neuron, le 20 décembre 2007, ils permettent aussi de mieux comprendre la responsabilité de ces protéines dans l’apparition de certaines formes d’autisme.

Voir en ligne: Centre national de la recherche scientifique (CNRS)

1 Technique permettant de visualiser atome par atome la structure 3D des protéines.

2 En collaboration avec un laboratoire de l’Université de Californie à San Diego.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *