Une perfusion de secours en cas de pandémie pour les écoles américaines

Une perfusion de secours suite à la pandémie dans les écoles américaines

Le gouvernement fédéral verse des sommes historiques d’aide en cas de pandémie aux écoles du pays. En contrepartie, il les exhorte d’investir dans d’importants changements qui profiteront aux élèves pour les générations à venir. Mais de nombreux districts disent qu’ils ont des problèmes plus urgents à résoudre en premier.

 

Le cas de Detroit

À Detroit, cela signifie réparer des bâtiments aux plafonds en ruine et aux moisissures. Comme d’autres, Detroit est pris entre les aspirations élevées de l’administration Biden et de sombres réalités.

Le district utilise de l’argent du gouvernement alloué en cas de pandémie, pour embaucher des instructeurs. Mais aussi, étendre les services de santé psychiatrique et réduire les effectifs dans les classes. Cependant, au moins la moitié des 1,3 milliard de dollars est mise de côté pour effectuer des réparations longtemps négligées.

Pendant des années, nous avons été injustement financés pour répondre aux besoins énormes qui ont créé la pauvreté et l’injustice raciale dans notre ville

déclare le surintendant Nikolai Vitti à l’Associated Press dans une interview.

L’administration encourage les écoles à prendre de grandes mesures grâce un important financement (la prime pour pandémie). Le secrétaire à l’Éducation, Miguel Cardona, qualifie cette période d’innovation audacieuse. Des mesures pour briser les inégalités et repenser tous les aspects de la scolarisation.

C’est le moment pour nous de nous assurer de rouvrir, de réinvestir dans nos écoles d’une manière différente et meilleure que jamais.

Les mois et les années à venir détermineront le bilan de réussite des millions d’étudiants dont nous avons la charge.

déclare Mr Cardona lors d’un sommet sur l’éducation virtuelle en juin. 

Malgré ces nobles aspirations, de nombreuses grandes zones urbaines consacrent une grande partie de leur aides en cas de pandémie, à des besoins pratiques. Tels que l’embauche d’infirmières, le réapprovisionnement des bibliothèques, l’aménagement de terrains de jeux et le retour des cours d’art.

À ce jour, il y a peu de preuves d’un changement majeur. 

La perfusion de secours, en cas de pandémie, est plus que tout ce que les écoles américaines ont vu auparavant. Le total est de 190 milliards de dollars. Plus de quatre fois ce que le ministère de l’Éducation dépense pour les écoles K-12 (l’ensemble du cursus scolaire, de la maternelle (Kindergarten) au secondaire (grade 12)), au cours d’une année typique. Certains districts recevront des sommes égales à 50 % ou plus du coût de fonctionnement de leurs écoles pendant un an.

Le Congrès a lancé le financement en trois vagues depuis le début de la pandémie. Le dernier et le plus important tour est d’une valeur totale de 123 milliards de dollars. Cette somme est toujours en cours de distribution et donne à l’école une grande flexibilité sur la façon de le dépenser.

Alors que 20 % doivent être utilisés pour résoudre les difficultés d’apprentissage, le reste peut être utilisé à presque n’importe quoi. Du moment que les responsables de l’école considèrent comme « raisonnable et nécessaire ».

Mais peu est fait pour suivre comment les écoles utilisent l’argent! Après la première vague de financement, le chien de garde interne du ministère de l’Éducation averti que “la surveillance des subventions est un défi de gestion permanent”.

Les faiblesses internes pourraient limiter la capacité du ministère à surveiller le financement. Certains républicains au Congrès font pression pour une nouvelle législation qui assurerait une plus grande transparence sur les dépenses.

L’aide moyenne est de près de 2 800 $ par étudiant

L’Associated Press a suivi plus de 145 milliards de dollars envoyés aux États pour distribution dans les écoles depuis l’année dernière. 

L’aide moyenne est de près de 2 800 $ par étudiant, mais varie considérablement selon le district et l’État, selon l’analyse de l’AP. Les districts de la Louisiane et du district de Columbia bénéficient en moyenne plus de 2 100 $ par élève, par exemple, tandis que ceux de l’Utah recoivent un peu plus de 400 $.

Les Etats très pauvres à travers le pays reçoivent beaucoup plus. Detroit a reçu la somme la plus élevée parmi les grands districts, à plus de 25 000 $ par étudiant. Philadelphie suivait, avec 13 000 $ par étudiant, et Cleveland, à plus de 12 000 $.

Dans de nombreux Etats, les responsables des écoles sont réticents à assumer des coûts qu’ils ne pourraient pas se permettre après la disparition de l‘aide fédérale.

 

Une aide pour pandémie “à couper le souffle”

St. Paul, dans le Minnesota, reçoit un financement total de 321 millions de dollars du système scolaire public. Somme que le surintendant Joe Gothard qualifie « à couper le souffle ». Mais il a déclaré que le délai limite ses choix de dépenses.

La Minnesota a embauché un certain nombre de nouveaux enseignants, mais se concentre principalement sur des coûts ponctuels tels que la rénovation des bâtiments et le remplacement des livres de la bibliothèque.

Detroit adopte une approche similaire. Mais même les améliorations apportées aux bâtiments ne seront que temporaires. À moins que le district ne reçoive des fonds supplémentaires pour les entretenir, a déclaré Mr Vitti.

La commission scolaire appuie le plan de Vitti. Deborah Hunter-Harvill, membre du conseil d’administration diplômée d’un lycée de district en 1973, a rappelé qu’elle était étudiante “lorsque l’infrastructure était propre”.

Nous voulons que les étudiants d’aujourd’hui aient le même sentiment et la même opportunité que nous avions … à l’époque.

déclare Hunter-Harvill.

Mais certains membres du public disent que l’Etat devrait se concentrer sur d’autres priorité. Notamment l’amélioration des cours en ligne.

Pour Ida Byrd-Hill, directrice générale de la société de rétro-formation basée à Detroit, Automation Workz,

C’est difficile pour les étudiants issus de familles économiquement défavorisées d’apprendre grâce à un enseignement à distance qui repose fortement sur des conférences en ligne.

Dans le passé, l’infrastructure scolaire signifiait uniquement des bâtiments en brique et en mortier.

Il doit désormais inclure des systèmes d’apprentissage virtuel de haute qualité.

 

Le financement fédéral pour pandémie pourrait sauver les contribuables

Quoi qu’il en soit, le financement fédéral pourrait finir par sauver les contribuables locaux. Avant la pandémie, le district prévoyait de demander une augmentation des taxes locales pour couvrir 1,5 milliard de dollars de réparations de bâtiments.

Ca aurait été difficile à vendre, dans cet Etat pauvre. Mais avec le nouveau financement, Détroit pourrait annuler ses plans et ne pas demander d’augmentation d’impôt.

Les districts des États-Unis ont passé l’été à débattre de la manière de dépenser le nouvel argent. Dans certains cas, sous la pression de groupes de parents d’élèves, d’enseignants et de militants rivaux.

Certaines familles exigent une formation des enseignants pour lutter contre les préjugés raciaux. D’autres s’opposent au fait de payer pour les réparations des bâtiments, affirmant que l’aide devrait être dépensée directement pour les étudiants.

Dans le même temps, une forte pression s’exerce sur les Etats pour qu’ils augmentent les salaires des enseignants.

En regardant les 300 millions de dollars “d’aide pandémique” de la région, le syndicat des enseignants de Sacramento, en Californie, appelle à des classes plus petites. Ce qui signifierait embaucher de nouveaux enseignants, ainsi que des augmentations de salaire.

 

Le syndicat des enseignants ne veut pas profiter de l’aide fédéral pour pandémie pour des augmentations de salaire.

La Fédération américaine des enseignants déclare que l’aide fédérale devrait se concentrer sur les infrastructures et le soutien scolaire. Mais le président Randi Weingarten pense que des augmentations seraient également nécessaires pour empêcher les vagues d’enseignants de prendre leur retraite après une année stressante.

Il est temps de créer un environnement pour le recrutement. Et garder nos enseignants. Or, pour une partie de cela, il faut des augmentations de salaire.

déclare-t-elle.

À Detroit, l’argent fédéral sera utilisé pour maintenir la prime de risque et les primes des enseignants. Primes mises en place l’année dernière. Vitti déclare que l’enseignement est plus difficile dans la ville en raison de leur grande pauvreté Et il souhaite que le salaire des enseignants reflète cela.

Ils devraient être payés plus. Nous n’avions pas toujours les moyens pour le faire.

 

La préoccupation des écoles : le financement vient de l’État

Une autre source de préoccupation pour les écoles est que le financement viennent de l’État. Alors que les pires craintes concernant les coupes budgétaires dans l’éducation ne se sont pas matérialisées, certains craignent que l’injection de fonds fédéraux ne fournisse une raison de réduire les futurs budgets des États.

À Holyoke, Massachusetts, l’une des villes les plus pauvres de l’État, l’aide en cas de pandémie a permis de compenser une réduction de 4 millions de dollars du financement de l’État. Mais avec un financement futur encore incertain, le district évite d’importantes dépenses.

À ce jour, le district n’a prévu qu’une petite partie de ses 53 millions de dollars d’allègement total. Elle  a embauché 32 professeurs de mathématiques et de lecture. Va suivre des professeurs d’art et de musique. 

À Detroit, Mr Vitti voit une opportunité de plaider en faveur d’un financement public accru. Il espère prouver que même si le financement est ponctuel, il contribuera à augmenter les taux de réussite. À réduire l’absentéisme et à apporter des améliorations tangibles pour les étudiants. 

Nous sommes impatients de montrer des résultats clairs de cet investissement.

 

Les démocrates du Sud visent à exporter le succès de la Géorgie en 2020

USA : Les démocrates du Sud visent à exporter le succès de la Géorgie en 2020

Affaire Benalla : l'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron passe en jugement trois ans après le scandale

Affaire Benalla : l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron passe en jugement