fbpx
21 octobre 2020

NewsFrance

Informations et actualités françaises

MacCourt devant la commission de contrôle de la FFF : la vente de l’ O.M n’est pas d’actualité !

MacCourt devant la commission de contrôle de ma FFF : la vente de l'O.M n'est pas d'actualité

Les rumeurs concernant la vente de l’O.M à un pool financier conduit par l’homme d’affaires franco-tunisien  Mohamed Ayachi Ajroudi et l’ancien président du club de rugby RCT, Mourad Boudjellal, vont toujours bon train. Rien n’y fait. Même pas la récente position prise par l’actuel propriétaire de l’O.M, Franck MacCourt.

Celui-ci vient, en effet,  de dévoiler, devant la commission de contrôle de la FFF, son plan de bataille pour renflouer les caisses du club de L1 qui a fini la saison 2019-2020, dont la fin a été animée par la relégation d’Amiens et de Toulouse, à la deuxième place du classement.

A la clef :

  • Apurement des dettes.
  • Baisse des salaires des joueurs.
  • “Vente” de certains d’entre eux.
  • Augmentation des droits télé.
  • 20 millions d’euros remis au “pot” par Franck MacCourt lui-même.

 

Tout cela n’empêche pas Mohamed Ayachi Ajroudi de continuer à clamer haut et fort son intention de racheter le club. Il vient, notamment, de déclarer dans les colonnes du journal l’Equipe :

Vous savez, on a chargé deux banques de travailler. Si on prend des banquiers, ça veut dire qu’ils ont une tâche à remplir et on les paie pour ça.

 

Les saoudiens en embuscade pour prendre l’O.M ?

Son fidèle soutien, l’imam de Drancy n’hésite d’ailleurs pas à dire que cette intention est on ne peut plus sérieuse et que l’homme d’affaires a tout à fait les moyens de se payer le club. Pourtant, les saoudiens dont on dit qu’ils seraient les payeurs “in fine” ont fait savoir par la voix d’un de leurs hauts dignitaires, Al-Walid Bin Talal, proche du prince régnant, qu’ils n’étaient pas intéressés par le dossier. D’ailleurs, comme il a pris soin de le préciser, il n’aime pas le foot.

 

Il n’empêche. Comme le font remarquer un certain nombre d’observateurs, ces rumeurs de vente et de rachat qui courent depuis début mai suite à un article paru dans TuttoMercatoweb, peuvent être mise au compte, par clubs de foot interposés, du conflit larvé qui oppose l’émirat du Qatar au royaume saoudien.

Cela dit, pour être en mesure de rivaliser avec les moyens du PSG, soutenu par le Qatar, il faudra sans doute réunir un peu plus que les derniers millions apportés par Franck MacCourt. Toujours décidé à garder son club. Et, pour l’instant quoi qu’il lui en coûte.