Faisons le point sur notre économie internationale

Faisons le point sur notre économie internationale ?

Investisseurs et économistes ont passé l’été à attendre le symposium de Jackson Hole sur l’économie. Tous étaient tournés vers le discours du président de la Fed, Jerome Powell. 

L’événement est très attendu. Le marché espère des éclaircissements de la part de Jerome Powell, le président de la Fed. Des éclaircissements sur sa stratégie de normalisation monétaire Et principalement, son tapering (réduction du programme d’achats d’actifs de 120 milliards de dollars). Discours qui se tiennent généralement fin août, influençant l’économie de la première partie de septembre.

La prochaine réunion de la Réserve fédérale américaine ne sera pas avant les 21 et 22 septembre. Il est donc temps de recentrer la BCE avant la prochaine réunion du Conseil des gouverneurs et du Forum de Sintra fin septembre.

Les marchés et l’économie

Les actions mondiales ont augmenté de 0,6% depuis fin août (indice MSCI AC Global en dollars américains). Les marchés émergents sont plus performants (+ 1,3 % pour les MSCI Emergents). Les marchés développés ont atteint le niveau le plus élevé le 2 septembre. Les actions de la zone euro ont augmenté de 0,7% depuis fin août.

Le Nikkei 225 de Tokyo a gagné 2,0%. Le 27 août, après que le Premier ministre Yoshihide Suga ai annoncé, de manière surprenante, qu’il prenait sa retraite. Les investisseurs affirment que la décision ouvre la voie à la mise en œuvre de mesures de soutien supplémentaires. Au 8 septembre, le Nikkei 225 était en hausse de 7,4% par rapport à fin août.

 

Que faire des derniers indicateurs économiques ?

Les données récentes n’ont pas modifié les perspectives cycliques. Cependant, deux forces devraient peser sur une économie plus longtemps que prévu initialement :

  1. Le goulot d’étranglement de la chaîne d’approvisionnement, ce qui limite la production industrielle
  2. La pandémie, qui continue de peser sur le secteur des services. Parce que les gouvernements imposent de nouvelles restrictions ou que les consommateurs hésitent à reprendre une vie normale.

Les enquêtes auprès des entreprises montrent les effets de la crainte de la variante Delta qui a balayé le monde cet été. La croissance mondiale se déroule à un rythme légèrement plus lent. La confiance des consommateurs chute en juillet et en août. Le Global Composite PMI de JPMorgan est passé de 55,8 en juillet à 52,6 en août. C’est-à-dire son plus bas niveau depuis janvier. Ces enquêtes suggèrent que la croissance a probablement culminé en mai.

La baisse du PMI (Purchasing Managers’ Indexmondial) des services a été significative ! (de 56,3 à 52,9). Les indices pour le Japon et la Chine montraient une diminution de l’activité, en dessous de 50. Effectivement, dans ces pays, les gouvernements ont mis en place des mesures plus strictes pour maintenir la propagation du virus,  

Les principaux pays de la zone euro se portent bien : L’indice PMI a légèrement baissé en France et en Espagne. Or l’indice composite a augmenté en Italie à son plus haut niveau depuis juin 2006.

L’industrie allemande souffre de problèmes d’approvisionnement. Cependant, le secteur des services reste dynamique. Par exemple, l’enquête ZEW montre que les perceptions des investisseurs sur l’économie allemande ont baissé en septembre. Les pénuries de semi-conducteurs et de matériaux de construction ont atteint les attentes.

Mais, l’indice des conditions actuelles s’est amélioré. En effet, des données fiables publiées cette semaine montrent une augmentation de la production et des commandes de fabrication en juillet. Même si la production automobile est restée bien en deçà de son niveau d’avant la pandémie.

La croissance du PIB de la zone euro au deuxième trimestre est supérieure de 2,0% à 2,2%. Avec une forte reprise de la consommation et de l’investissement des entreprises. Mais aussi, une contribution légèrement négative des stocks. En conséquence, les dernières perspectives économiques de l’INSEE suggèrent que la reprise de l’économie française s’est poursuivie cet été malgré la quatrième vague de Covid.

 

Qu’en est-il de l’emploi aux États-Unis ?

L’économie américaine a créé un chiffre décevant de 235 000 emplois en août contre une estimation consensuelle de 733 000. Cependant, il faut noter que ce ralentissement intervient après deux mois au cours desquels un million de nouveaux emplois ont été créés. Le déficit est concentré dans les secteurs des loisirs et de l’hôtellerie. Où l’emploi a augmenté de 350 000 par mois au cours des six derniers mois.

La performance a été décevante principalement en raison de la forte augmentation des infections Delta. Les créations d’emplois dans les secteurs moins touchés par la pandémie se poursuivent à un rythme comparable à celui des mois précédents. Ces secteurs représentent environ les deux tiers des emplois totaux.

Le rapport sur l’emploi d’août n’est cependant pas aussi défavorable qu’il n’y paraît à première vue. L’enquête auprès des ménages montre une hausse significative de l’emploi, faisant passer le taux de chômage de 5,4% à 5,2%. 

Le nombre de chômeurs « permanents » commence également à baisser (voir le tableau ci-dessus). Par conséquent, la création d’emplois ne vient que du retour au travail des travailleurs en chômage partiel, mais aussi de la réouverture des entreprises. Et enfin, les salaires horaires  augmentent fortement. Plus que prévu (+ Prévision 4,3% en glissement annuel contre 3,9%).

Les investisseurs accordent plus d’importance aux pressions salariales, qui peuvent être inflationnistes, plutôt que de percevoir que l’activité se détériore.

 

Parlons de l’économie d’Europe et du PEPP (Pandemic Emergency Purchase Programme)

Le président de la Bundesbank commente un éventuel avis circulant sur le Conseil des gouverneurs de la BCE :

Le premier P dans PEPP signifie pandémie, pas permanent, et pour une bonne raison.

 

D’autres commentaires récents suggèrent qu’une réduction des achats dans le cadre du programme d’achat d’urgence en cas de pandémie pourrait être annoncée prochainement. La BCE cherche à présenter cela comme un ajustement technique approuvé avec des conditions de financement plus favorables qu’en juin. Pour l’instant la BCE continue d’acheter des actifs.

Les achats d’actifs s’élèvent à 65 milliards d’euros après 87,5 milliards en juillet (voir le tableau ci-dessous). Comme annoncé en mars et confirmé en juin, La BCE a acheté plus d’actifs ces derniers mois (79 milliards d’euros en moyenne chaque mois depuis avril). Mais elle pourrait désormais décider de ralentir ce rythme.

Les achats cumulés depuis le lancement du programme, en mars 2020 s’élevait à 1 337 milliards d’euros à fin août, sur une couverture de 1 850 milliards d’euros. Dans les mois à venir, avec une inflation importante et des incertitudes sur les effets de la nouvelle vague de la Covid sur la croissance européenne, les messages de la BCE sont déterminants

Réunion de la BCE de septembre : que se passera-t-il ?

Réunion de la BCE de septembre : que se passera-t-il ?

Trafic de cornes de rhinocéros

Huit hommes condamnés par un tribunal pour trafic de corne de rhinocéros et d’ivoire