fbpx
7 juillet 2020

NewsFrance

Informations et actualités françaises

49 560 € : c’est le prix moyen à payer pour avoir un diplômé de l’Epita

49560 € : c'est le prix moyen à payer pour avoir un diplômé de l'Epita

Les classements annuels des écoles d’ingénieurs françaises se suivent et se ressemblent, ou pas. L’Usine nouvelle vient de publier son classement des 122 écoles d’ingénieurs accréditées pour 2020. Sans surprise, les premières places sont trustées par Polytechnique, éternel numéro 1, Ponts Paris Tech (2ème), Mines Paris Tech (3 ème), Centrale Supelec (4ème) et Mine Nancy (5ème).

Rien de nouveau donc sous le soleil. Mais, quand on sort du classement général et qu’on s’intéresse à des critères plus spécifiques de classement, comme celui de l’insertion, là on a des surprises. Car, la première école en termes d’insertion n’est pas Polytechnique, qui arrive en 4ème position, mais l’EPITA, pourtant classée au 15 ème rang au classement général. En effet, selon l’enquête 2020 de l’Usine Nouvelle, le salaire annuel brut médian d’un diplômé de l’EPITA, de l’avant-dernière promo, est de 49 560 euros.

Comme l’indique l’EPITA, Ecole Pour l’Informatique et les Techniques Avancées, l’école prépare ses étudiants aux métiers de l’ingénierie et du numérique. Et quand on regarde le marché de l’emploi des cadres et la place qui est réservée aux spécialistes du numérique, on comprend sans peine pourquoi l’EPITA figure au 1er rang du classement en termes d’insertion et pourquoi ses diplômés sont les mieux rémunérés.

L’EPITA n’est d’ailleurs pas la seule de sa spécialité à bien tirer son épingle du jeu. Les rédacteurs de l’Usine Nouvelle écrivent à ce propos :

Une nouvelle fois, les écoles du numérique sont à l’honneur dans ce classement. La présence de l’EFREI Paris, l’ECE ou EPITA traduit la forte demande du secteur pour ces ingénieurs formés à l’informatique, aux enjeux du big data ou de l’Intelligence Artificielle.

Nature relative des classements

Il n’en reste pas moins qu’un classement reste un classement. Il dépend, donc, fortement de sa méthodologie. En l’occurrence, on peut toujours douter d’un critère fondé sur du déclaratif et non sur une enquête exhaustive. C’est le cas avec le critère liè à la rémunération. Mais, la tendance n’en est pas moins bien réelle. Cependant, entre une école avec une note de 42,90, au 10 ème rang, et une autre, avec une note de 41,70, au 14 ème rang, la marge est bien faible.