fbpx
25 octobre 2020

NewsFrance

Informations et actualités françaises

Fermeture des bars et restaurants : le chef Philippe Etchebest lance l’action “brassard noir”

Opération "brassard noir" pour les restaurateurs.

Opération "brassard noir" pour les restaurateurs.

On y est. La recrudescence de cas de Covid entraîne à nouveau la fermeture des bars et restaurants à partir de 22h. 11 villes placées en zone d’alerte renforcée sont d’ores et déjà concernées. Aussi le chef Philippe Etchebest propose t-il à ses confrères de faire entendre leur voix.  Le rendez-vous est donné ce vendredi 2 octobre pour l’opération brassard noir. 

 

Vendredi [2 octobre] à 11h45, j’invite tous les restaurateurs, les artisans à se rassembler devant leur établissement, leurs commerces avec un brassard noir et tout leur personnel

 

Il faut dire que la crise de coronavirus n’est pas bonne pour les affaires. Le secteur de la restauration a été tout particulièrement impacté tout au long de l’épidémie. 

“C’est une action pacifiste, sans violence, pas de désobéissance car je n’encourage pas cela. C’est juste pour montrer qu’on est là, qu’on est en train de mourir et qu’il faut absolument faire quelque chose”.

Les pertes liées aux deux mois et demi de confinement ne seront jamais rattrapées. On parle déjà de 30% de faillite et 250 000 chômeurs supplémentaires d’ici la fin de l’année.

“Il y a quand même un mètre de distanciation sociale qui nous a été imposé”, poursuit le meilleur ouvrier de France, chef du restaurant Le Quatrième mur à Bordeaux. “Tous les protocoles qui nous ont été imposés, on les respecte. Pourquoi on serait plus dangereux ?”. Difficile en effet pour la profession d’admettre les nouvelles restrictions lorsque des réunions de famille se poursuivent régulièrement dans le cadre privé.  

“On arrive à peine à sortir la tête de l’eau et on nous enfonce encore plus pour nous noyer”, pointe Philippe Etchebest. 

Quant au plan de 100 milliards d’euros évoqué il y a peu par le gouvernement… Le meilleur ouvrier de France rappelle que le tourisme et la restauration en ont été largement écartés. Désormais, il appartient aux syndicats du secteur de trouver les bonnes solutions et de se faire médiateurs auprès de l’État.