in ,

2021 : augmentation du prix du pétrole

Ce vendredi 19 février 2021, le baril a retrouvé les niveaux de 60 $ après un effondrement du prix en 2020 jusqu’à être négatif pendant quelques jours à cause du confinement, une première dans son histoire. Nous allons expliquer cette chute et cette augmentation du prix du pétrole.

 

En 2020, le monde entier s’arrête. 

Ou du moins ralentie considérablement sa consommation de pétrole. Le confinement oblige les usines à stopper leurs productions, les gens n’utilisent plus leurs voitures pour aller travailler, les avions ne volent plus… Nous n’avons plus besoin de carburant à la pompe. Ou presque ! 

Fait historique, il y a plus d’offre que de demande ! La production est d’abord stockée mais les réservoirs débordent. Les pétroliers veulent se débarrasser de leurs surplus jusqu’à le vendre à prix négatifs.  

Les prix négatifs concernent d’abord le marché américain. Puis, ils ont un impact direct sur les prix à la pompe en France. Même si les prix du carburant ne dépendent pas uniquement des seuls cours du baril : les taxes représentent environ 60 % du prix à la pompe.

Il faut ajouter à cela le coût du raffinage et du transport pour la distribution. En France, le baril représente environ 25 % du prix de l’essence ou du diesel à la pompe.

 

Le monde se réveille: augmentation du prix du pétrole. 

La Chine a rouvert ses usines et dépasse sa production de 2019, les autres pays suivent ce mouvement. L’espoir du vaccin pour tous accélère la donne. Le monde post covid recommence à consommer du pétrole. 

C ‘est surtout l’accord OPEP plus Russie de décider la réduction drastique de la production qui a freiné la baisse des prix. En décidant d’exploiter moins pour ne pas inonder le marché d’or noir. Or de nombreux pays de l’OPEP veulent augmenter leur production car ils ont besoin d’argent pour compenser les effets de la crise.

 

Les prix du pétrole vont-ils encore augmenter?

Si l’OPEP décide d’augmenter sa production pour accompagner la hausse de la demande, les cours pourront se maintenir dans une fourchette large 50/70 $, comme c’est le cas aujourd’hui. Mais si l’OPEP maintient ses quotas, une augmentation jusqu’à 100 $ le baril n’est pas à exclure. Comme l’OPEP a besoin d’argent, espérons que ces pays vont largement augmenter leur production.

 

Pourquoi cette soudaine hausse à la pompe? 

Dans la nuit de mardi à mercredi 17 février, jusqu’à 73% des États-Unis étaient recouverts de neige selon  le National Weather Service. Le thermomètre est tombé mardi jusqu’à -12 degrés Celsius à Austin, la capitale du Texas. L’état est paralysé depuis une semaine.

La masse d’air froid venue de l’Arctique touche le Texas, premier producteur de pétrole brut et de gaz naturel. La mise à l’arrêt de certains puits, des pipelines gelés et coupures de courant affecte la production. Sans parler des perturbations des transports.

Cette situation :

“augmente la demande d’énergie et dans le même temps perturbe l’approvisionnement dans les principales régions productrices”.

A expliqué Stephen Innes, d’Axi, un cocktail parfait pour entraîner la hausse. 

Written by LaRedaction

festivals d'été 2021

2021: le point sur les festivals d’été

2020: les Français ont épargné 130 milliards

2020 : Les Français ont épargné 130 milliards d’euros