fbpx
3 mars 2021

NewsFrance

Informations et actualités françaises

Le livre de poche (LDP) fête ses 68 ans

Le livre de poche (LDP) fête ses 68 ans

Le livre de poche, sous sa forme actuelle, est sorti pour la première fois le 9 février 1953 en France. Il s’agit d’une révolution dans le monde de l’édition et de la culture. Il est de plus petit format que les livres classiques, moins cher, plus facile à transporter. Il s’en vend actuellement 20 millions par an.

 

1953 : première édition

Le premier livre édité est celui de Pierre Benoit, auteur français, né à Albi dans le Tarn en 1886.

En 1953, Henri Filipacchi est alors secrétaire général de la société Hachette. Selon la légende il aurait vu un soldat américain déchirer un livre en deux pour pouvoir ranger les deux moitiés dans les poches révolvers de sa tenue de combat.

Il aurait alors eu l’idée d’un livre plus petit, qu’on pourrait amener avec soi, facile à lire dans le métro, lors de ses promenades et non plus seulement dans les bibliothèques ou les salons.

Cela déclencha une polémique entre écrivains. Julien Gracq considère alors que cela dénaturait son œuvre, Jean-Paul Sartre s’interrogeait toujours en mai 1965 dans les Temps modernes : « Les livres de poche sont-ils de vrais livres ? Leurs lecteurs sont-ils de vrais lecteurs ? ».

Marcel Pagnol lui, voit dans ce nouveau format une démocratisation de la lecture, un phénomène social, un moyen de culture aussi important que la radio ou la télé.

 

Un livre à deux francs

Au départ le public était les étudiants, les ouvriers cultivés, le prix du papier ayant augmenté, les livres devenaient de plus en plus chers. Hachette se réinventa avec de nouvelles méthodes de fabrication.

Grâce à un papier en bobines, une reliure arraphique (c’est-à-dire sans couture, collée grâce à une nouvelle invention de machine appelée le « perfect blinder ») et une couverture non plus en carton mais en papier, recouverte de plusieurs couches de vernis. La couverture change aussi dans sa forme, elle est souvent illustrée comme une affiche de film. Ce qui désacralise encore le livre.

 

Le format poche : un passage obligatoire

La première année, seulement 6 titres par mois étaient édités. Puis 8 titres par mois en 1955. On passe à 12 en 1960. Cela devient un véritable fait de société. De 8 millions de ventes en 1957 on atteint les 28 millions en 1969. En 2020, on est autour des 20 millions.

Ce succès inspira les concurrents. Ainsi en 1958, Flammarion sort sa collection « j’ai lu ». En 1962 c’est Presses Pocket et en 1972 Folio.

Aujourd’hui, c’est un passage obligé pour un écrivain et son éditeur. La durée d’un livre grand format n’est que d’un an car il prend beaucoup de place dans une librairie ou une bibliothèque étant donné son volume imposant. Il laisse alors la place à son format poche.

Actuellement un livre sur quatre sorts en format poche.

Joyeux anniversaire, santé et longévité !